• PRESENTATION Le système nerveux, chez l'Homme, peut s'apparenter à un gigantesque réseau téléphonique, composé d'un "assemblage" de neurones, sortes de terminaux qui traitent et s'échangent des informations sous forme d'impulsions bio-électriques. Le corps cellulaire du neurone se situe dans la substance grise du cerveau, ses prolongements (dentrites ou axones) dans la substance blanche. Les neurones sont "reliés" entre eux au niveau de synapses : zone de contact entre une ramification de l'axone et un autre neurone : on dénombre pas moins d'un million de milliards de synapses dans notre cerveau. Voilà pour une petite présentation avec l'intéressé, passons maintenant à son fonctionnement. 2.FONCTIONNEMENT Les neurones communiquent entre eux en utilisant des signeaux électriques et chimiques. Le signal, produit par un neurone, se propage le long de l'axone, sous forme d'une impulsion électrique. Arrivée au niveau de la synapse, le neurone transmet l'impulsion à la cellule suivante sous forme d'un signal chimique. Arrivé au bout de l'axone, l'influx est bloquer au niveau de la synapse. En effet, un minuscule espace, l'espace synaptique, rempli de liquide extracelullaire, se situe entre l'extrémité de l'axone et la cellule. L'arrivée du potentiel d'action va activer ce que l'on appelle un neurotransmetteur. Il s'agit d'une molécule protéique spécialisée, présente en grande quantité dans les terminaisons nerveuses. Ces molécules se rassemblent dans de minuscules vésicules, et; lors de l'arrivée de l'influx nerveux, ces vésicules migrent en direction de la membrane avec laquelle elles fusionnent, créant une ouverture. Les molécules de neurotransmetteurs sont alors libérées dans l'espace synaptique.Elles ont pour propriété, pendant quelques millièmes de seconde "d'ouvrir la porte" de la cellule suivante au potentiel d'action.Les molécules de neurotransmetteurs se fixent sur des récepteurs post-synaptiques spécialisés. Cette "association" permet de recréer un message nerveux qui va véhiculer le long des nerfs jusqu'à une nouvelle synapse, et ainsi de suite. Cet entrée en matiere neurologique facilitera la comprehension du mode d action des venins neurotoxiques qui contiennent des proteines qui soit inhibe ces neurotransmetteurs soit leurrent des recepteurs post synaptiques

    your comment
  • Sur la  photo

    Ptose palpebrale due a l' envenimation par un elapidé (micrurus frontalis) il s ensuit une paralysie des mucles striés (volontaires), la ptose est caracteristique chez la neurotoxicité la victime ne peut pas ouvrir les paupieres


     les venins neurotoxique sont composés de proteines toxiques ,en premiere categorie,celles inhibant la liberation d acetylcholine dites pré synaptique(elapidés surtout)( naja , acanthophis,notechis)


     

    En deuxieme categorie, en se fixant a la place de l acetylcholine sur les recepteurs cholinergiques dites post synaptique(viperidés comme crotalus durissus)

     nota les elapidés du genre bungarus possedent les deux precedemment  citées!


     En troisieme categorie de proteines potentialisant la liberation d acetylcholine pre synaptique en synergie avec des fasciculines inhibant la cholinesterase entrainant ainsi un syndrome cobraique secondaire (action curarisante acétylcholinomimétique)

    taxons responsables dendroaspis ,   c est  a dire le mamba


    Le venin "neurotoxique" : c'est un poison paralysant comparable au curare ,

    hormis les serpents du genre dendroaspis dont  la  morsure avec envenimation provoque un syndrome muscarinique puis secondairement cobraique.

    Les paralysies apparaissent en une à trois heures.

    Elles affectent d'abord les muscles striés, puis remontent pour atteindre les paupières, les muscles de la déglutition et enfin les muscles respiratoires.

    Le traitement consiste en une assistance respiratoire en "soins intensifs" afin de passer la phase critique.

    En l'absence de traitement, la victime peut mourir par asphyxie.

    Les autres signes de l'intoxication par les neurotoxiques sont les troubles visuels, l'hypersalivation, le larmoiement, les sueurs, l'accélération de la motricité digestive (diarrhées, vomissements), le ralentissement du rythme cardiaque et les troubles du comportement avec agitation ou somnolence

    Dans  une  envenimation neurotoxique stricte ici par  un micrurus les  symptomes  locaux  sont  nettement  moins  accusés  que  celle des  viperidés,mais  souvent  une  atteinte cytotoxique  existe chez certains  taxons ex

    (oxyuranus,notechis,crotalus durissus)

    . Symptômatique des envenimations

     Le syndrôme neurotoxique produit une paralysie progressive.

    La paralysie des muscles respiratoires vient priver la victime de son oxygène. A contrario les autres centres nerveux et fonctions vitales ne sont pas touchés par les neurotoxines.

     Un traitement qui peut être long (2 semaines) a normalement raison de l'envenimation.

     La ventilation assistée permet en général d'éviter la mort.

    Les espèces sont les suivantes : Naja haje, Naja naja, Naja nigricollis, et Bungarus sp.

     La stimulation de l'influx nerveux est une conséquence typique des morsures de Dendroaspis (Mamba). Les symptômes sont les suivants : spasmes, salivation abondante, paralysie des muscles squelettiques, décès rapide par asphyxie.

    Une réaction allergique et/ou un état de choc apparaissent plus ou moins intensement. Les réactions peuvent être diverses telles que fièvre, nausées, vomissement, céphalées etc. Des phénomènes de surinfection sont très fréquents suite aux morsures de Naja sp .


    your comment
  • Appelée vipere de fea on m a recemment communiqué qu en realité ce serpent eurasiatique serait en fait plus proche des crotalidés il aurait des fossettes loreales mais celle ci sont cachées par les ecailles loreales Autrement dit il est possible qu elle soit plus apparentée au genre gloydius qu au genre vipera on la place dans la famille des azemiopinés pour l instant mais ce n est pas mis au clair Si tel est le cas l europe pourrait avoir 2 crotales (gloydius halys et azemiops fea)...

    3 comments


    Follow this section's article RSS flux
    Follow this section's comments RSS flux